The Head de retour du Canada !

Publiée le : 11/09/2018

Suite à l’appel à candidatures lancé sur « lampli.be », deux des membres du groupe originaire de Saint-Hubert « The Head », Hélène Hartman et Adrien Laffineur se sont envolés vers le Québec ! C’est la troisième fois que des artistes luxembourgeois sont mis à l’honneur au Canada ! (après Denis K et Billy Quintessence).
Le duo borquin a été invité à participer cet été à une formation organisée dans le cadre du Festival international de la chanson à Granby (Québec) avec lequel la Province de Luxembourg est en partenariat (via le projet Chante en français).
Au programme de cette formation de 7 jours : travail sur le répertoire, technique vocale, interprétation, écriture de textes, présence scénique et arrangements.
Adrien Laffineur revient avec nous sur ce périple musical riche en émotions.

Quelles sont vos impressions sur la découverte de ce qu’on appelle « la Belle Province » ?
Qu’on se le dise, au Québec, on ne parle pas français : on parle Québécois! C'est à la fois dépaysant et extrêmement sympathique, il y a énormément de similitude avec notre argot wallon! Ce pays est grand, démesurément trop grand... Nous, les petits ardennais avons traversé l'atlantique pour découvrir le pays des lacs, des plaines, des montagnes, les maisons en bois et une balancelle au bord de l'eau...

Vous avez participé à un programme de formation, pourriez-vous nous en toucher quelques mots ?
Effectivement, nous n'y avons pas été pour chômer, nous étions à mille lieux de nous rendre compte dans quoi nous mettions les pieds : la formation du FICG, le Festival International de la Chanson de Granby... un festival, rien que ça ... et international s'il vous plait! Le programme était donc bien chargé avec des concerts, des cours, des modules et des conférences... Nous y avons découvert une philosophie : celle de la performance, du dépassement de soi, de la préparation physique et mentale... Pendant deux semaines, nous avons eu le plaisir de jouer avec un petit pied dans la cours des grands, de goûter du bout des lèvres à une vie incroyable... Nous n'en sortons pas indifférents, de gros changement vont arriver suite à des journées de réflexions sur notre projet musical.

Que retirez-vous du fait de vous être produit devant une audience totalement « nouvelle » ?
Nous avons été très bien accueilli par le public québécois et nous avons presque oublié, le temps d'un instant, lorsque les projecteurs nous réchauffent et que la scène vibre que nous étions "du pays où habite la pluie". Nous nous sentions chez nous, plus vivants que jamais. A ce niveau donc, nos concerts ont été des moments forts. Quel plaisir d'amener avec soi une chanson et de voir qu'elle raisonne dans la tête des Québécois, malgré nos différences de culture ! On peut dire sans hésiter que notre amour de la chanson reste le même, les émotions sont universelles.

Une petite anecdote ?
Des anecdotes, on en a à la pelle! ... Le plus frappant c'est notre amour pour la découverte locale... Nous avons eu le plaisir de nous remplir la « bedaine » de gastronomie locale (la poutine, les microbrasseries, etc.), de vivre des moments forts, au détour d'un feu de camp, accompagné d'une dizaine d'artistes émergents québécois que nous ne nous connaissions pas. Nous chantions, jouions et avons créé quelque chose d'unique !

Quels ont été pour vous les bénéfices de ce voyage musical ?
Nous revenons de là grandis, plus forts, plus soudés dans notre duo. Nous avons désormais plein d'idées et sommes déterminés plus que jamais à vouloir professionnaliser notre jeu, avec l'envie de toujours en donner plus sur scène. Je vous invite d’ailleurs à rester attentif, en automne sortira une petite vidéo épique, retraçant ces deux semaines d'aventure!