Sarah tue moi : l'interview

Publiée le : 01/07/2019

Ce groupe, vous l’avez assurément déjà rencontré sur une scène de la province ! Actif depuis 2005, Sarah tue moi continue sa mutation vers un rock « en français » de plus en plus incisif et racé ! « Animal », leur nouvel album vient de sortir. Rencontre !

Votre profil FB vous présente comme tel : « Sarah tue moi est un groupe de rock francophone belge » ; n’est-ce pas un peu réducteur en 2019 ?
Non nous ne le pensons pas ; la langue française est notre langue et, par cela, c’est ce qui nous permet le mieux d’exprimer ce que nous avons à dire dans nos textes. Et, si le rock francophone avait perdu en visibilité ces dernières années, il est toujours bel et bien présent. Et le rock est plutôt ouvert que réducteur. Au moins, ça ne nous colle pas une étiquette que nous devrions assumer par la suite.

Le 11 mai dernier, vous avez fait la release-party de votre nouvel album « Animal » à l’Entrepôt. Vous nous résumez la soirée en 3 mots ?
« Copains » (tant sur scène que dans la salle), « professionnalisme » (de par la préparation, l’ambiance sonore et les gens qui nous ont épaulés) et, enfin, « Animal », justement, pour l’ambiance de la soirée.

Quelle place occupe votre dernière réalisation dans votre discographie ?
Numéro un dans le hit-parade de nos cœurs… Il s’agit de notre premier projet véritablement abouti. Cet album marque un palier supplémentaire dans notre manière de travailler. Nous avions, en effet, à notre actif, un EP que nous avions autoproduit en 2009.

10 ans plus tard, quelles sont les ambitions d’un groupe comme Sarah tue moi ?
Depuis nos débuts, nous avons eu le plaisir de quadriller la province de Luxembourg de long en large, à la rencontre du public ardennais, gaumais et lorrain. Nos ambitions sont désormais de pouvoir présenter notre univers musical au-delà du Luxembourg belge.

Au final, vous existez depuis 2005… et je me suis toujours demandé : « Ce nom, il vient d’où ? »
Aaaah cette question !… Et bien, plusieurs théories circulent. D’une part, certains prétendent qu’il s’agit d’une référence à Radiohead ; d’autre part, on peut y voir un hommage à Sarah Connor… Qui a raison, qui a tort… le mystère reste entier !

Propos recueillis par Romuald Collard.
Photo : Ludovic André Photography