Les Roock’in : l'interview

Publiée le : 03/05/2021

Cocktail explosif s’il en est, les Roock’in en ont déjà dit beaucoup, rien qu’avec leur nom !  Des filles un peu fofolles qui amènent les mélodies et des garçons qui suivent avec leurs instruments et hop, le tour est joué et les compos pleuvent !  Bonne humeur communicative et esprit musical entre Giedré et Anaïs… bref, les Roock’in ont tout ce qu’il faut pour nous faire passer un bon moment !  Et ça, en cette période difficile, on achète !

Pas trop difficile d’être un groupe « décalé », voir humoristique par les temps qui courent et n’incitent pas forcément à la joie et au partage ?

Comme tout le monde, nous avons dû annuler nos concerts et prestations de rue et ça, c’est difficile pour un groupe, même amateur… Mais notre côté « décalé » et notre envie de faire de la musique ensemble nous sauvent peut-être. On a été pas mal créatifs malgré tout, jusqu’à faire des répètes, à 4, à tour de rôle en extérieur, en plein hiver, avec moufles pour tenir le micro, mitaines pour la guitare, bonnets, combis de ski et thermo de vin chaud (rires). Je crois que, vu de l’extérieur, on avait l’air un peu dingues. Mais au fond, continuer coûte que coûte, c’est aussi une façon d’affronter cette crise. Côté public, on a plutôt l’impression que les gens ont besoin et envie de ce côté décalé, de rire et de s’amuser malgré tout. On l’a ressenti avec notre clip de Noël qui a été pas mal partagé sur le net. Je crois qu’il a fait du bien à certaines personnes. Alors, on chante : « mission accomplie pour les Roock’in » !

On a l’habitude de dire, que pour un groupe, le chiffre magique, c’est 3 (membres) ; vous vous êtes à 7.  C’est doublement magique, du coup ?

Vous savez… ce n’est pas vraiment la taille qui compte ! (rires) Évidemment, quand on est nombreux,  les discussions prennent parfois plus de temps et peuvent être animées ! Mais nous sommes avant tout des amis très proches. Le respect et le bien-être de chacun est essentiel pour nous tous. Donc on prend le temps pour y arriver… et on y arrive. Une maxime qui pourrait nous convenir, c’est « tout seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin ! » Finalement, nos différences sont une vraie richesse. Elles amènent plus de variétés dans le choix de nos morceaux, nos arrangements ou nos projets.

Comment choisissez-vous les morceaux que vous reprenez ?  Est-ce que vous obtenez toujours la majorité absolue de 7 pour et 0 contre ?

Pour ce qui concerne nos compos, c’est Pierre, le sage de la bande, qui nous propose des textes en veux-tu, en voilà. Quand un texte inspire quelqu’un du groupe, le message est lancé et la création se met en place. Chacun amène sa touche. On a même inventé un mot pour tout ça ; on dit qu’on « roockinise » nos morceaux.  Concernant le choix des autres morceaux, on s’est dit qu’on allait jouer à l’Eurovision ! Au total, on avait proposé 40 morceaux. Puis, chacun a posé sa propre sélection de 10 titres : les titres les mieux cotés l’ont remporté, c’était drôle. Même si on n’est pas toujours à 100% d’accord, ça permet d’avoir un répertoire varié. Et puis après, on « roockinise »…

 Pendant le confinement, on a fait quoi, chez Les Roock’In ?

Cette période a été une vraie révélation pour nous en matière de composition. On en avait envie depuis longtemps mais on n’arrivait pas vraiment à prendre le temps pour cela, entre nos familles, le boulot, les concerts…  Alors, les soirées et les weekends au calme forcé ont été une bonne occasion de créer. Pierre écrit plein les textes, Nath, Coco et moi proposons des idées de mélodie, Sam et maintenant Bernard sortent leur guitare et hop c’est parti ! Je crois qu’on a bien créé 25 conversations Whats app Roock’in : une par chanson, une pour les décisions, une pour rigoler et partager nos émotions du moment… Ah oui, il faut suivre ! (rires)

Le groupe existe depuis 2015 ; quel a été, jusqu’à présent, votre meilleur souvenir de concert ?

Question difficile ! Du marché de Noël à Avioth ou à Arlon, à la fête de la Pomme à Stoumont, en passant par les Tapas Nocturne ou à Tontegrange, chaque expérience est une fête !  Et si le meilleur était à venir ? Comme par exemple notre concert du 15 janvier 2022 au Centre culturel de Rossignol ? Là, c’est promis, les Roock’In feront leur show et vous préparent plein de surprises …

Propos recueillis par Romuald Collard.