L'Entrepôt sessions

Publiée le : 06/10/2020

C’est un euphémisme que de dire que le contexte actuel a forcé les organismes culturels ainsi que les artistes à se réinventer !  L’Entrepôt d’Arlon l’a bien compris et offre, depuis peu, et en collaboration avec Press Play, un coup de projecteur original sur les artistes et groupes de la région.  Ça s’appelle les « Entrepôt Sessions » et le premier groupe à s’y être frotté est Josef OUT.  Explications de la formule par les deux partenaires…

L’Entrepôt, salle de concert à Arlon

Quel est le principe de ces « Entrepôt Sessions » ?

L’idée nous est venue pendant que la salle était en « stand-by », dû au confinement.  On s’est demandé ce que l’on pourrait bien faire… et on s’est dit qu’on pouvait enregistrer des groupes en multipistes, les remasteriser et en faire une session vraiment pro.  Sans public dans un premier temps, comme avec Joseph OUT, mais aussi avec public… comme ce fut le cas il y a peu avec Romano Nervoso.

Comment sont choisis les artistes qui y participent ?

Pour l’instant, on « réserve » ça aux groupes et artistes émergents de la Fédération Wallonie-Bruxelles… car prévoir ce genre de choses avec un groupe étranger nous paraît encore risqué, vu la situation…  On essaye aussi d’avoir des groupes qui vont bien dans l’esthétique de l’Entrepôt…

Quelle sera la fréquence de ces sessions live ?

Une session par mois pour le moment, en tout cas jusque fin 2020.  Il nous faut ce temps-là pour pouvoir sortir un produit vraiment de qualité !

Le concept pourrait-il être maintenu une fois la situation redevenue « normale » ?

Oui, on y pense !  Et c’est vraiment une chouette collaboration avec l’équipe Press Play qui est plus que motivée par le projet !


Press Play, ASBL de promotion d’artistes et groupes émergents

Un enregistrement comme celui de Josef OUT, c’est combien d’heures de travail pour Press Play ?

Difficile à dire avec précision. Le tournage de Josef Out était une première pour nous et nous avons passé une journée sur place pour la captation vidéo. Ensuite vient le montage qui a dû prendre aux alentours d’une dizaine d’heures.
Cependant, cette collaboration avec des professionnels du milieu, nous permet de nous développer rapidement et nous avons pu réduire considérablement le temps de travail nécessaire, notamment au montage, en trouvant une nouvelle méthodologie qui nous permet de débloquer environ 5 à 8 heures.

Donnez-vous certaines consignes aux groupes avant l’enregistrement live ?

Press Play est composé de 4 personnes : Tonde Mazanhi, Stéphane Jean, Nicolas Naramski et Jérôme Zafra. Mais c’est Nicolas qui est le plus compétent dans le monde de la scène et des concerts live. Comme c’était également une première pour Josef Out d’enregistrer un morceau en live session, Nicolas a pu apporter son expertise et donner quelques conseils aux membres du groupe pour que ceux-ci se sentent à l’aise devant la caméra. Ensuite la magie opère !
Bien entendu, tout dépend de l’expérience du groupe. Certains arrivent avec une expérience scénique énorme, et nous n’avons rien à leur demander pour qu’ils soient directement opérationnels. Dans tous les cas, notre objectif est de favoriser les échanges avec les artistes afin de cibler leurs envies et leurs identités pour tenter de retransmettre leurs univers en vidéo

Qu’est-ce qui est le plus difficile dans ce genre d’enregistrement ?

L’enregistrement d’une session live comme Josef Out, sans public, n’est pas un exercice très compliqué. Le tout est d’avoir une bonne méthodologie lors de la captation, de bien savoir où seront placées les caméras et de bien régler les caméras pour un rendu parfait en basse lumière. L’équipe de L’Entrepôt nous rend vraiment le travail plus simple car on à l’opportunité de collaborer avec des pros de la lumière et du son, ce qui nous permet de nous concentrer uniquement sur la vidéo.
Ce genre de projet nous permet également d’investir dans du nouveau matériel qui nous rend le travail plus aisé…
Vous aurez l’occasion de découvrir la session live de Romano Nervoso que nous avons tourné le 26 Septembre et qui sortira dans le courant du mois d’Octobre. Comme c’était une session « avec public », l’exercice, pour nous, était de pouvoir capter toute cette session live mais sans interférer avec le public. Il fallait également que les plans soient directement parfaits afin d’éviter des surprises au montage. C’est tout de suite un peu plus compliqué quand il y a du public mais nous sommes vraiment heureux de la confiance que nous offre l’équipe de L’Entrepôt et des progrès que nous faisons session après session.

Propos recueillis par Romuald Collard.