La Solution : l'interview

Publiée le : 02/11/2021

Duo punk rock acoustique, La Solution, c’est avant tout la rencontre entre Cailloux et Ben, deux amoureux de musique qui ne crachent jamais sur une petite mousse !  Mais une fois sur scène, les deux fanfarons mettent un souk pas possible et distillent un punk rock parfois drôle mais très souvent intelligent.  Il fallait les rencontrer… c’est chose faite !

Vous êtes originaires de Sainte-Marie sur Semois ; c’est rock and roll Sainte-Marie sur Semois ?

Originaires, pas vraiment, en fait.  On y vit depuis quelques années maintenant et il faut dire qu’on s’y sent plutôt bien.  En plus, on a de la chance, on habite l’un à côté de l’autre ; du coup, pour la musique c’est le top.  Alors je ne sais pas si c’est plus rock’n’roll qu’ailleurs mais il y a des rockeurs !  Je pense notamment à notre pote Mo de Hey Mo!
Après, on vit en Gaume, et je pense que du fin fond de notre Belgique, on est une région assez rock’n’roll et festive.

Vous insistez sur le rythme que vous mettez dans vos chansons… et il est vrai qu’à vous voir en concert, vous ne faites pas partie de ces groupes qui jouent en regardant leurs pieds.  Le live, c’est important pour vous ?

Ouais, clairement !  Faire de la musique dans le salon avec son pote, c’est sympa mais se confronter au regard du public, c’est mieux.  On se décrit nous-mêmes comme deux fanfarons...  On essaie de partager nos sons mais surtout de véhiculer un message, au travers de nos différents morceaux.  Faire du punk rock pour qu’il n’y ait pas d’énergie…  Franchement, on préfère quand ça sent la sueur et la bière ! (rires)

 Donnez-moi 2 avantages et 2 inconvénients d’être en duo ?

Cailloux : D’abord, je dirais que c’est plus facile de composer (organisation des répètes, etc.) à deux qu’à quatre.  Si l’un ou l’autre n’est pas dispo, l’affaire est réglée !
Ben : Pour les concerts, c’est archi simple pour s’organiser !  En général, on sait s’en sortir avec une seule voiture, pas besoin de van…  Les balances, ça va ultra vite et on s’éclate tout aussi bien à deux qu’à mille sur scène. Pour les inconvénients, je ne sais pas si on peut réellement parler d’inconvénients mais on est parfois livré à notre propre jugement et interprétation des musiques.  Il n’y a peut-être pas toute l’émulation lorsqu’on est 4 ou 5 à donner son avis.  Ici, on est vite content de nous, y’a pas systématiquement de retour sur la production qu’on fait.

 Le punk rock, en 2021, c’est Green Day… ou c’est encore et toujours Rancid ?

Cailloux : Moi, personnellement, je te dirais Rancid.  Je trouve que Green Day s’est détourné des sons qu’ils faisaient au début et, pour ma part, c’est dommage.  Après, le punk rock ne s’est pas arrêté aux USA… et encore heureux.  Un peu partout dans le monde, tu peux entendre des trucs cool.  Je pense notamment à toute la scène punk rock en France qui est clairement une de nos influences !  T’en penses quoi, Ben ?
Ben :  A voir comment on qualifie le punk rock, en fait !  Vis-à-vis des accords, des instrus, de la voix, des textes ?... Si on s’en réfère à la guitare, la Solution n’est pas toujours punk rock.  Par contre, niveau mouvance, on est en plein dedans et tous nos textes rentrent dans cette philosophie qui ne se veut pas être « no future » mais plutôt « notre futur ».  Aujourd’hui, les vrais punk rockers ne portent plus de converses et de crêtes vertes fluos, c’est fini ça !

 Quelle est la chanson qui fonctionne à chaque coup en concert ?

Plus les années passent… et moins on sait !  Au départ, quand on avait une dizaine de chansons, on t’aurait dit « Cendrillon » qui est une interprétation personnelle du conte de Charles Perrault.  Maintenant, on reçoit beaucoup d’autres retours positifs de notre public quand on annonce « Gamin », « Loana SuperStar » ou encore « Trous Noirs & Battements de Cœur ».  Après, ça dépendra du type de scène où on se produit ; un endroit n’étant pas l’autre.  Une chanson va bien balancer devant un public jeune et festif alors qu’une autre passera mieux dans un bar à l’ambiance plus intimiste.  On a toujours la solution, peu importe la situation !

 Seuls sur une île, vous avez le droit d’emporter un seul album ; lequel prenez-vous ?

Cailloux : Ma guitare !  Et si vraiment je dois prendre un seul et unique album, je pense que je serais malheureux et que j’essayerai de tricher un peu.  C’est toujours une question piège, hein… parce qu’au final, tu n’écoutes jamais qu’un seul album, il y a toujours du bon à prendre sur un autre !
Ben : Le nôtre, bien évidemment !  Je veux que ça soit les dernières paroles que j’entendrai avant de rendre l’âme.  Non, sans déconner, comme le dit Cailloux, c’est très difficile de choisir.  Chaque musique a son ambiance.  Maintenant, pour le jeu de la question, je dirais quand même « Anthem », de Raised Fist !

Propos recueillis par Romuald Collard.