Kameleon : l'interview

Publiée le : 01/09/2019

Créé courant 2019, voilà un groupe qui semble n’avoir peur de rien ! Du ridicule et du non-sens ? Certainement pas ! Mais attention… sous ses aspects délurés et un rien joueur, ce groupe n’en oublie pas pour autant la musique ! Et là, c’est d’un coup beaucoup plus sérieux ! Mélange de pop éthérée, de cool attitude et de tempo ralenti, Kameleon s’impose en fait comme le groupe le plus contemporain de la jeune génération de la province ! Rencontre…

Kameleon a été créé il y a peu. Quelles ont été les occupations des premiers mois de la vie du groupe ?
Déjà, trouver les membres du groupe ! Ensuite, apprendre l’instrument qu’on s’apprêtait à jouer en live. Puis, enregistrer « Still don’t Chill », tourner le clip et préparer notre arrivée. On a dû penser à notre image aussi : des moustaches, pas de moustaches ? Des « mullets » (coupe mulet en français NDR), pas de « mullets » ? Des chemises roses ? Des bobs ? Le package du groupe de l’été. C’est déjà pas mal dans l’ensemble…

Musicalement, vous citez des influences telles Mac Demarco ou Tame Impala. Qu’est-ce qui vous plait chez ces groupes ? Une certaine « cool attitude » ?
Tame impala a un côté psychédélique qu’on adore, des riffs enivrants… et des cheveux lisses et soyeux. Mais leurs musiques sont pleines de lumière, les sons de synthé sont extraordinaires et la voix super aérienne. C’est l’exemple même du groupe qui peut passer en grande surface et qui pourtant reste respecté (d’ailleurs, si quelqu’un avait par hasard les contacts de Carrefour ou Cora, on est preneur !)
Chez Mac Demarco c’est le côté décalé et sans prise de tête tout en restant spontané qui nous touche. Il représente vraiment ce vers quoi tend l’esprit du groupe, quelque chose qui pourrait plaire à une famille, à un type sous LSD, à ta grand-mère ou à ton pote. En tout cas, c’est ce qu’on cherche ; on essaie de se faire plaisir, de se marrer et de faire marrer ! Dommage que notre community manager, qui se trouve aussi être notre guitariste, ne soit absolument pas drôle…
On peut également rajouter Philip Katerine et Tyler, The Creator dans ce petit mélange d’influences. Peut-être même Gilbert Montagné ! D’ailleurs, on va avoir un claviériste incessamment sous peu… mais sans lunettes de soleil ; du coup on est un peu deg’.

Parlez-nous un peu du clip de « Still don’t chill » ; un clip assez barré, finalement…
Déjà un grand merci à toute l’équipe qui a bossé dessus, et un grand merci à Charlotte qui manie la Super 8 à la perfection. Après, il n’est pas si barré, il faut juste savoir lire entre les lignes. C’est avant tout un message d’amour, de liberté et d’intériorité réflexive et kinesthésique (à ne pas confondre avec « kiné esthétique », rien à voir…). Tout a été réfléchit des mois à l’avance et réalisé dans le plus grand sérieux et le plus grand professionnalisme. Je pense qu’on peut, sans trop se mouiller, dire que c’est un chef d’œuvre « Kubrickien » voire « Tarantinesque » et même « Lynchien ». Prenons l’exemple du « Fristi » (d’accord, on avoue, ce n’était pas un vrai « Fristi », c’était un Rubicon...) : Guillaume ne s’en asperge pas juste comme ça pour rire, non, c’est plus profond ! Par contre, Guillaume est effectivement chauve pour rire !

Dans les rêves les plus fous de Kameleon, on y voit quoi ? Un album, une tournée, des festivals, etc… ?
J’ai rêvé, il n’y pas longtemps, d’un concert dans la chambre d’un russe a forte corpulence, rencontré dans un kebab. Coïncidence ? Je ne pense pas… Il y a eu aussi le rêve d’un concours de pêche avec Marion Cotillard mais ça, ça peut attendre, on n’est pas pressé… et on ne sait pas pêcher. Plus sérieusement, on aimerait beaucoup vendre des paires de chaussettes Kameleon, vendu par trois évidemment. C’est pratique quand tu en perds une il t’en reste deux, donc tu sais toujours les mettre. Mais pour vendre les chaussettes, il faut des concerts, donc on aimerait bien des dates pour pouvoir vendre nos chaussettes. Beaucoup de dates… car on a beaucoup de chaussettes (on s’est trompé dans les commandes, une sale histoire…). Après c'est pas si fou quand on voit les deux premiers rêves…

Le monde de la musique en province de Luxembourg, vous le voyez comment ? Quels sont les groupes et/ou artistes qui vous parlent ?
Avec nos yeux principalement (sauf que 40% du groupe est myope, si vous avez un bon opticien dans vos contacts on est aussi preneur !). La scène a beaucoup changé et aujourd’hui, ce n’est plus le hardcore et le punk qui dominent. C’est une bonne chose, on voit que ça bouge énormément et qu’il y a encore énormément de collaborations à réaliser ! D’ailleurs quelque chose se passe avec Nerd ces temps-ci, on ne vous en dit pas trop mais ça va arriver.
À propos, saviez-vous qu’un "Fristi", c’est une source de calcium naturelle, autant apprécié des parents que des enfants, et qui plus est, super rafraîchissant ?

Propos recueillis par Romuald Collard.