Holy Hop Circus : l'interview

Publiée le : 26/07/2018

Formé par d’anciennes gloires du rock provincial (François Arnould, Pierre Ughi et Daniel Gehin), Holy Hop Circus sort aujourd’hui un premier album attendu ! Au menu : du rock, de l’humour mais pas que ! Rencontre avec le trio gaumais…

Pour ceux qui ne vous connaissent pas bien ; est-ce que le clip de « Police station », nouveau titre qui vient de sortir, résume l’identité du groupe, à savoir : une dose de rock, une dose d’humour et une dose d’autodérision ?
Effectivement, le clip de « Police Station » résume un peu l’esprit du groupe. Faire de la musique en prenant du plaisir et en s’amusant, c’est important. L’humour et l’autodérision, ça vient naturellement du fait qu’on ne se prend pas trop au sérieux.
Cependant c’est la musique, avec sa dose de rock n’roll, qui reste la partie la plus importante pour nous !

Le groupe s’est formé il y a 3 ans maintenant ; comment résumeriez-vous ces 3 années ?
La première année, nous avons composé une dizaine de morceaux afin d’élaborer un set qui tienne la route avec pour objectif de nous produire sur scène.
L’année suivante fut une année où nous avons joué régulièrement (une trentaine de dates environ).
Cette année, il y a eu la sortie du clip de «Police Station» et ensuite notre premier album.

L’album vient de sortir ; vous nous le présentez en quelques mots ?
Ce premier album a été auto-produit. Il fut enregistré, mixé et masterisé entre janvier et mars 2018 au Chênée Palace Studio, chez Jean-Charles Cremers, par Christophe Roth et Lucas Serruya. Sur cet album, on retrouve dix compositions. On a enregistré tous ensemble, comme en live, afin d’essayer de reproduire au mieux le côté énergique qui nous caractérise sur scène.
On aime le définir comme un album rock ‘n’roll. Celui-ci est distribué au format numérique sur les sites habituels de vente de musique en ligne. En province de Luxembourg, il est actuellement disponible au Park Music à Arlon, au Point B’Arts à Fratin et Au Jardin du livre à Saint-Mard. D’autres lieux suivront…

Cet album, il va maintenant falloir le promouvoir ; quelle stratégie avez-vous mise au point ?
Pour la promotion de l’album, on utilise des outils à disposition comme les réseaux sociaux, la presse, etc,…
Pour nous, le plus important est de jouer un maximum en live. On espère que le CD va servir de carte de visite et nous permettre de trouver plus de dates en Belgique et à l’étranger.

Si vous deviez tourner quelques semaines avec un groupe de la Province, qui choisiriez-vous ?
Question piège ! Il y a beaucoup de bons groupes en Province de Luxembourg. On pourrait tourner avec beaucoup d’entre eux… à condition qu’ils soient sobres pour ne pas boire nos bières quand on est sur scène ! (rires)

Propos recueillis par Romuald Collard