Exuviated : l'interview

Publiée le : 30/04/2019

Si vous vous demandiez si, comme on le dit souvent, le métal est une vraie famille, demandez-le donc à Exuviated ! Fort de 10 ans de carrière et d’un nouvel EP en béton armé, le groupe de Marche-en-Famenne revient en découdre avec le monde entier ! La tête bien sur les épaules et les guitares affûtées comme jamais, ils s’imposent aujourd’hui comme une valeur sûre de la scène métal belge ! Rencontre !

Vous venez de sortir votre nouvel album, « Déliquescence », le mois dernier ; quels en sont les premiers retours ?
Les retours sur Déliquescence sont, jusqu'ici, très positifs. Cet EP ne laisse pas indifférent et cela constitue déjà une petite victoire. En effet, les personnes qui découvrent notre musique et les fans de longue date sont tous d'accord pour dire qu'un cap stylistique a été franchi, qu'Exuviated n'est plus seulement un groupe de Death Metal mais que quelque chose d'autre est en train de naître.

Vous venez également de jouer au Durbuy Rock Festival ; vous nous racontez un peu ?
Le Durbuy Rock Festival était une date importante pour nous car elle constituait l'aboutissement de nombreux mois de travail en vue de la sortie officielle de Déliquescence. Généralement, quand nous débarquons dans ce genre de fest, nous avons une tournée ou de nombreux concerts dans les pattes mais ici, rien ! Un an sans concert, un nouveau batteur et un tout nouveau set à tester en live… Autant dire que la pression était au rendez-vous ! Mais nous étions prêts, le concert s'est bien déroulé et s'est conclu par de nombreuses ventes du nouvel EP et du merchandising qui l'accompagne... Que demander de plus !

Que trouvez-vous dans le style Death Metal que vous ne trouvez pas ailleurs ?
Il y a, à travers le Death Metal, la possibilité d'exprimer des choses qu'on saurait difficilement exprimer autrement. C'est une forme musicale particulière qui offre les ingrédients nécessaires à l'élaboration de mixtures denses et sombres mais aussi explosives et aveuglantes. On peut passer ici par une palette infinie de nuances et générer un maximum d'émotions. Et si une chose en particulier devait distinguer le Death Metal des autres styles musicaux, je dirais que c'est sa dimension cathartique.

En 10 ans de carrière, vous avez du connaître pas mal d’émotions ; si vous deviez retenir un souvenir vraiment marquant, quelque chose que vous n’oublierez pas ?
L'un des souvenirs les plus forts que nous ayons est sans doute le 22 mars 2016. Alors que nous arrivons à Copenhague, à deux jours du terme d'une tournée européenne avec Suffocation, Cattle Decapitation et Abiotic, plusieurs explosions frappent Bruxelles. Autant dire qu'on a alors tous un gros coup de stress pour nos familles et nos proches présents sur place ! Heureusement pour nous, aucun proche ne fût impacté directement par ces attentats mais la réaction des groupes et du public ce jour-là par rapport au seul groupe belge de la tournée était juste énorme ! Nous avons joué le meilleur concert de toute la tournée et la soirée fût mémorable !

On dit souvent que le métal est une « grande famille », vous confirmez ?
La réponse à la question précédente ne fait que le confirmer. Le metal tend des ponts entre les individus. On se moque pas mal ici de vos origines ethniques, sociales, religieuses, etc. Vous pouvez être vous-même et vous serez respecté pour ça. C'est le milieu dans lequel j'ai établi le plus de connexions et rencontré le plus de monde ces dernières années.

Dans les rêves les plus fous d’Exuviated, qu’est-ce qu’on y voit ?
Un projet artistique poussé à son paroxysme. Pas seulement musical, plus global, immersif. Quelque chose qui donnerait pleinement vie à notre univers et déteindrait sur notre public. La perspective d'en vivre et de s'y consacrer à 100% serait, bien entendu, le top du top...

Propos recueillis par Romuald Collard.