Dernier-Nœud : l'interview

Publiée le : 01/07/2020

Il s’appelle Florestan… et son visage ne vous est peut-être pas inconnu !  Membre du groupe rock Thyself, le garçon bouleverse aujourd’hui tous les codes et revient avec un projet appelé Dernier Nœud…  Aux confins de la poésie et du songwriting intimiste, il nous explique sa vision des choses…  Rencontre !

Qu’est-ce qui pousse, un jour, le chanteur d’un groupe assez « nerveux »… à empoigner seul sa guitare, passant de l’anglais au français et dans un style très intimiste…

Je ne sais pas exactement, je crois qu’on n’a pas prise sur tout ce qui se passe dans nos vies. Peut-être que toi aussi, tu sais que t’as des choses à faire, ou des choses que tu aimerais faire, et tu les repousses encore et encore. Puis un beau jour, tu tombes malade. Ça dure un moment, lourd, long… Tu finis par péter un câble et tu décides d’envoyer tout balader pendant au moins deux semaines. Tu rêves de calme et de solitude… Et abracadabra, comme par magie, la vie t’offre la possibilité d’aller t’isoler dans une cabane perchée au beau milieu d’une forêt. Alors t’y vas, sans ordinateur ni connexion, trois bouquins sous le bras, des pages blanches à gogo et une guitare.
Là, il se passe quelque chose. En fait, tu fais ce que tu devais faire depuis longtemps. Tu vas mieux et t’as pondu les quatre premières compositions d’un nouveau bébé tout chaud qui attendait depuis très longtemps de sortir de ton ventre.
J’avais besoin de retourner à mes racines je pense… L’envie de partager quelque chose de brut. Retrouver l’intensité dans la simplicité, la proximité, exactement comme quand je compose.
Et puis, ça faisait un bail que je voulais donner une place d’honneur à la poésie, dans ma langue maternelle. D’autant que la plupart du temps je joue devant un public parlant la langue du Roi Soleil.

Dernier-Nœud…  Projet parallèle ?  Nouvelle aventure ?  Psychothérapie ?  Double maléfique ?...

Un projet parallèle, je ne crois pas parce qu’il rejoint les autres au fond du cœur et des tripes, mais une nouvelle aventure, ça oui !  Une psychothérapie… Bien sûr et plus encore ! Pour moi, la musique est la meilleure thérapie de l’univers.  Un double maléfique… tu parles duquel ? (rire)… Je pense que l’humain est rempli de paradoxes et qu’il regorge de facettes aussi différentes les unes que les autres. L’art permet, je pense, d’explorer tout ça et de transmuter les nœuds engendrés par ce vaste chaos en quelques chose de plus beau. Le projet Dernier-Nœud sert à cela, tout comme le projet Thyself, ils ne sont pas si différents l’un de l’autre, malgré les apparences.

 Quels sont les avantages à être en solo… et quels en sont les inconvénients ?

Les avantages : être seul, indubitablement !  Tu te trimbales seul avec ta gratte, c’est simple, léger. Bon, moi j’ai un peu de décors mais sans ça, tu peux même aller jouer en transport en commun. Ensuite, le cachet est divisé en un… C’est quand même important ! La plupart des cachets sont ridicules par rapport au temps et à l’énergie développé pour réaliser un projet artistique.  Aussi et surtout, tu prends les décisions et les directions que tu veux pour ton projet. Evidemment, croire qu’on maîtrise la navigation de son trois mats tout seul est une illusion… Je pense par exemple à tous les à-côtés : aléas de la vie, communication, enregistrement, visuels, logo, clip, financement, etc… Merci en passant à ceux qui m’accompagnent et qui m’aident !!!
Il y a des gens qui te disent de faire comme si ou comme ça mais t’en fais ce que tu veux et tu racontes ce que t’as envie… Le seul juge, c’est toi-même… Et quand t’arrives à ne pas juger, t’es libre.
Les inconvénients… Etre seul aussi, inévitablement !
Tous ces avantages peuvent se retourner contre toi, tu peux manquer de recul, te planter et n’en vouloir qu’à toi-même. C’est comme ça, tout est à double tranchant et dépend de ton point de vue et de tes mouvements… Je trouve ça beau. Et puis je ne suis qu’au tout début de l’aventure, je vais encore en découvrir…
Ce qui est fort plaisant, c’est que je peux laisser sortir les choses comme elles viennent et laisser les portes ouvertes à la métamorphose. Rien n’est figé. Je ne sais pas à quoi ressemblera le projet dans un an ou deux. Je suis à l’écoute de ce qui demande à être exprimé et comment…

Quel aura été, pour toi, l’album du confinement ?

Sage comme des Sauvages : Luxe/Misère

En 2020, quels sont les artistes qui trouvent grâce à tes yeux ?
Carl (Les Hommes Boîtes, Péritel, Facteur Cheval…), Sage comme des Sauvages, PoiL, Ni, Gâtechien, Beraadgeslagen, Lyenn, et dans les stars j’aime Philippe Katerine, Brigitte Fontaine.
En voilà une poignée qui font un boulot magnifique et dont les vibrations m’accompagnent en ce moment mais il y en a tellement d’autres à citer… pour tous les goûts et toutes les humeurs… Alors vive la musique et que les vagues vous portent où vous avez besoin d’aller !

Propos recueillis par Romuald Collard.
Photo : Ludovic André Photography