A.R.T : l'interview

Publiée le : 02/10/2018

Entrée en grandes pompes dans le milieu de la nuit pour ce jeune garçon de Mussy-la-Ville ! A 18 ans à peine, A.R.T s’installe déjà comme l’une de prochaines révélations du domaine de la musique électronique et, plus particulièrement, du DJing. Rencontre !

Sur ta page FB, on voit une photo du festival en plein air de Gedinne avec cette légende : « Là où tout a commencé ! ». Tu peux nous expliquer ce qui s’est passé ce soir-là ?
C’était lors de l’édition 2014 du festival. J’étais venu l’après-midi sur le site avant l’ouverture des portes. Un des organisateurs a compris, après mes nombreux signes, que j’étais passionné par le monde des DJ’s, et m’a donc proposé de monter sur scène afin d’essayer pour la première fois de mixer sur des platines professionnelles. En me laissant cette chance, il n’avait rien à perdre, et moi, tout à gagner ; il devait y avoir une cinquantaine de personnes sur le site (les jeunes de Gedinne, en fait).
Depuis ce jour, le deuxième weekend d’août restera pour moi une date à ne jamais manquer, car c’est sans aucun doute là que ma « carrière » a commencé.

Le milieu DJ a souvent un double visage : d’un côté, la gloire et l’argent ; de l’autre, une pression énorme qui, parfois, a des effets dévastateurs. A 18 ans, comment est-ce qu’on peut se protéger ?
Je pense que le meilleur moyen de se protéger est de s’entourer de bonnes personnes qui n’auront pas comme but premier de me faire jouer sans arrêt, mais plutôt de m’aider à avancer, à mon rythme, et de construire ma carrière sur des bases solides. Pour ce qui est du stress, j’ai la chance de ne pas stresser avant un concert, mais plutôt de prendre un maximum de plaisir dès le moment où je pose mon pied sur scène. Je ne connais pas le monde de la nuit depuis assez longtemps que pour argumenter sur la gloire et l’argent, mais je n’oublierai jamais le conseil qu’un DJ m’a donné un jour : « Si quelqu’un est trop sympa avec toi, surveille bien tes arrières ! Le monde de la nuit est un monde de requins ! ». Mes amis DJ/producteurs ne se comptent encore que sur une main !

Te voilà aujourd’hui DJ sur Fun Radio ; concrètement, ça va consister en quoi, ce nouveau « job » ?
Fun Radio va me permettre d’exporter mon nom dans tout le pays grâce à mon mix diffusé toutes les deux semaines de 21h à 22h, mais aussi grâce aux évènements que la radio organise. De plus, cela me donne l’occasion unique de pouvoir jouer mes nouvelles musiques, car pouvoir placer ses musiques en radio est surement plus compliqué que de produire un morceau de nos jours. Comme vous le dites, cela est pour moi considéré comme un « job » car j’ai des responsabilités et des engagements à respecter.

Tu viens de Mussy-la-Ville ; quel regard poses-tu sur la scène musicale de la Province de Luxembourg ?
Oui, effectivement je viens de Mussy-la-Ville Mais les évènements musicaux d’envergure sont rares dans la région. Difficile donc de juger, même dans le domaine de la musique électronique…

Dans 10 ans, tu te vois où ?
Dans mon studio, derrière les platines… Mais sur quelles scènes, ça… ?

Propos recueillis par Romuald Collard.

 

Crédit photo: J.F Photography